Solidarité Allaitement

Prochaines rencontres d'info

Les rencontres allaitement du mois de Décembre:

 

- à Caussade, le jeudi 7 Décembre de 9h30 à 11h30, 

au Cabinet de Sages Femmes, 2 avenue de la Bénèche

Sur inscription par sms auprès d'Elise au  06 63 64 51 36

 

- à Gourdon, le vendredi 15 Décembre de 9h30 à 11h30

au Centre Périnatale de Proximité, Centre Hospitalier

sur inscription par sms auprès de Shoshana au 06 72 28 84 74

 

- à Pradines, le vendredi 15 Décembre de 14h à 16h

*** nouveau local ***

Cocon d’éveil, Cabinet "Plurisanté 46", 117 allée des Rimades

Sur inscription par sms auprès d'Elise au  06 63 64 51 36

 

 **Afin de pérenniser l'action de Solidarité Allaitement, nous demandons à présent aux parents venant aux rencontres d'adhérer à l'association (montant libre)**

  

Vous pouvez contacter une des bénévoles

Lundi :              Charline                  07.81.11.37.87

Mardi :              Shoshana               06.72.28.84.74

Mercredi :        Charline                  07.81.11.37.87

Jeudi :               Manon                     06.85.42.01.56

Vendredi :        Shoshana               06.72.28.84.74

Samedi :           Jennifer                   06.16.13.55.47

Dimanche:       Nathalie                  06.12.20.20.84

Si l’un de ces numéros ne répond pas, n’hésitez pas à laisser un message ou envoyer un texto pour qu’on vous rappelle, sinon n'hésitez pas à appeler un autre numéro de la liste quel que soit le jour.

ou

- sur notre boîte mail ( solidariteallaitement@gmail.com )

- sur notre page facebook 

- notre groupe de partage facebook


06 décembre 2015

Travail en voie lactée

Travail en voie lactée partie 01

Travail en voie lactée est un film de 26 minutes qui apporte des clefs pour les femmes qui souhaitent mener à bien leur projet d’allaitement, notamment à la reprise du travail. Allaiter c’est possible ! Allaiter et travailler c’est possible avec des informations, des aménagements et du soutien.
Un film divertissant et enrichissant.

Posté par labeille à 15:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Comment sevrer bébé ?

Le principe est de remplacer petit à petit les tétées au sein par des biberons ou des repas à la cuillère si bébé est plus âgé.

Premier jour : vous remplacez la tétée du soir.
Deuxième jour : idem.
Troisième jour : vous remplacez la tétée du soir et celle du matin.
Quatrième jour : idem…..
Jusqu’à ce que vous ne donniez plus du tout le sein, à moins que ne préfériez faire qu’un sevrage partiel en gardant par exemple une tétée matin et soir.

Ce qu'il est important de savoir, c'est qu'il faut vous écouter. Ce protocole n'est qu'un schéma parmi tant d'autres !
Ecoutez et respectez vos seins, c'est eux qui vous donneront le tempo. Car un sevrage trop brutal pourrait créer un engorgement. Dans ce cas là, il est important de suivre les conseils approprés, à savoir de faire une expression du lait manuelle pour désengorger juste ce qu'il faut pour soulager.
Faites vous confiance !
Et bien sur, tout est modulable ! c'est pas génial ça ?!
Vous pouvez faire un sevrage total ou trouver l'accord et le nombre de tétées qui vous conviennent à vous et bébé !

Posté par labeille à 15:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 août 2015

Une composition changeante !!

Avoir l'information juste. Pourquoi encourageons-nous les mère à laisser téter bébé le plus longtemps possible au même sein?

En regardant cette image, la raison est frappante.

Le lait de gauche est le premier lait (foremilk) ou lait de début de tétée. Il contient un pourcentage beaucoup plus élevé d'eau pour venir rapidement étancher la soif du bébé.

Le lait de droite est le lait de fin de tétée (hindmilk). Il est beaucoup plus gras et plus long à digérer. Il permettra au bébé d'espacer le temps entre les tétées.

Partager cette image pour faire comprendre la différence aux mamans et peut-être leur permettre d'ajuster leur allaitement pour qu'ainsi elles ne se découragent pas!

Posté par labeille à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 janvier 2015

Et le père ?

L’expérience m’a montré que le père a une place primordiale dans la réussite d’un allaitement. Et quand je parle de réussite, j’entends un allaitement conforme à ce que vous souhaitez, pas conforme à une norme, quelle qu’elle soit.
Le père donc est l’acteur de l’ombre sans qui tout est plus compliqué.

En effet, c’est une source de soutien quotidienne. Si vous reprenez le travail et que vous souhaitez poursuivre l’allaitement, c’est à votre homme que vous aurez certainement envie de raconter vos déboires ou vos réussites le soir en rentrant du travail. Il est à la fois un soutien psychologique : quand on tire son lait au travail, on est encore hors-norme en France (il faut espérer que cela change) et cela fait du bien de pouvoir en parler à quelqu’un qui comprend votre démarche.
Il est également un soutien logistique. Les femmes qui conjuguent allaitement et travail au long cours sont en général des femmes qui ont un soutien matériel important à la maison. Les pères sont là pour s’occuper des enfants plus grands et prendre leur part de travail domestique : préparation des repas, gestion des lessives, vaisselle, etc…

Les réactions des pères face à la poursuite de l’allaitement sont diverses. Certains sont très fiers de ce que fait leur femme et sont les premiers à tenter de prouver aux amis ou collègues que l’allaitement c’est mieux. D’autres trouvent cela pratique pour la nuit : si bébé se réveille, il tète et ne réveille pas son père…qui n’a pas besoin de se lever.
Pour que cela se passe bien il est nécessaire d’avoir un bon dialogue au sein du couple pour que chacun puisse exprimer ses besoins et se sente reconnu dans son rôle. Il faut également que le père ait pu nouer une relation avec son enfant qui ne dépende pas du fait de le nourrir ou non, qu’il sache jouer avec lui, le porter, le bercer, le baigner, le changer, bref tout ce qui fait la vie d’un bébé en dehors du sein de sa mère. Ainsi, il ne se sent pas exclu de la vie de son enfant.

Cependant, certains pères vivent mal la poursuite de l’allaitement après la reprise du travail. Le regard des autres est parfois difficile à porter et si le père n’est pas lui-même convaincu des bienfaits de l’allaitement, il peut prendre la démarche de sa femme pour de l’acharnement. Il peut également vivre un sentiment d’exclusion : tant que mon enfant est allaité, je n’ai pas de place auprès de lui. C’est alors très difficile pour les deux membres du couple : pour la mère qui veut faire le meilleur pour son enfant et ne se sent ni soutenue, ni comprise ; pour le père qui a l’impression d’être quantité négligeable.

L’allaitement est certes une décision de la mère mais cet allaitement ne se passera bien que si le père est soutenant ou au minimum pas opposé à cet allaitement. Encore une fois, tout est affaire de dialogue au sein du couple.

Et chez vous, comment le père a-t-il vécu l’allaitement de son enfant ?

source : a tire d'ailes

 

Posté par labeille à 18:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


30 août 2014

Merci de remplir notre questionnaire de satisfaction !

Afin de mieux vous connaitre et de progresser dans notre démarche, nous vous proposons un questionnaire à remplir.

C'est assez simple. Il faut cocher des petites cases pour exprimer votre avis. Les plus bavardes pourront trouver des espaces pour s'exprimer plus librement !

A vous de jouer ! ;-)

https://docs.google.com/forms/d/1IUoVExBOjR9OrMPRO0FUG36BDcedtUQ3Txzaz14pIn0/viewform

Posté par labeille à 13:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 avril 2014

Humour ! Allaiter et faire l'amour naturellement quel rapport ?

IL ETAIT UNE FOIS, SUR UNE AUTRE PLANETE

un jeune homme qui se préparait à avoir un rapport sexuel pour la première fois. Cela l'angoissait, car il n'avait jamais rencontré aucun homme qui ait réussi à faire l'amour. Il décida donc d'en parler avec ses copains pour bénéficier de leur expérience.
- J'avais vraiment envie de le faire, dit l'un d'entre eux, mais le docteur m'a dit que mon pénis était trop petit.
- Vraiment, s'exclama un autre, moi, on m'a dit que le mien était trop gros.
- Je voulais essayer, mais ça n'a pas marché, je n'arrivais pas à satisfaire ma femme, dit un troisième.
- Moi, je n'ai jamais voulu le faire. C'est tellement bestial ! Nous ne sommes quand même pas des animaux. Je sais qu'on dit que le pénis est ce qu'il y a de mieux, mais j'ai fait l'amour artificiellement à toutes mes femmes, et elles en ont toujours toutes été très satisfaites.
- Mais est-ce que tu n'as pas divorcé sept fois ? demanda le jeune homme. 
- Oui, mais ça n'a vraiment aucun rapport.
- Moi, j'ai entendu dire qu'il fallait se préparer avant pendant plusieurs mois, endurcir son pénis, le frotter régulièrement avec un tissu rugueux, ce genre de choses...
- Et puis, il ne faut pas rester plus longtemps que quelques minutes les premières fois, sinon ça fait mal.
- Mon cousin m'a raconté que ça lui avait fait abominablement mal. Il a eu des crevasses et ça saignait. Il a abandonné au bout de deux fois.
- Moi, j'ai un ami qui faisait l'amour naturellement, ça semblait vraiment être toute une affaire. Chaque fois que je le voyais, soit il avait fait récemment l'amour à sa femme, soit il allait le faire bientôt. Je lui ai dit qu'elle ne devait pas être satisfaite, sinon elle ne voudrait pas le faire aussi souvent, et qu'il devrait compléter avec un vibromasseur, mais il m'a dit qu'il ne voulait pas.
- Et bien, j'ai quand même vraiment envie d'essayer, conclut le jeune homme.
- Comme tu veux, dit l'ami qui avait un trop gros pénis. Quand même, impose dès le départ à ta femme un planning précis pour vos relations sexuelles, sinon elle va te manipuler. Le jeune homme se posait toujours beaucoup de questions et il décida d'en parler à son médecin.
- Oui, bien sûr, je vous comprends, lui répondit-il paternellement. Mais que voulez-vous, beaucoup d'hommes n'arrivent pas à satisfaire leurs femmes uniquement avec leur pénis. Même avec des séances d'information ou des livres et malgré tous leurs efforts, des tas d'hommes n'y arrivent tout simplement pas. On appelle ça le syndrome d'insuffisance pénienne. Je sais que vous avez envie d'essayer, et je pense que c'est très méritoire de votre part. Mais je vous conseille quand même de prendre ce vibromasseur, juste au cas où. Regardez, il faut l'insérer comme ceci, vous voyez, pour qu'il pénètre selon le bon angle, et ensuite...
Lorsque fut venu le grand moment, le jeune homme était nerveux et angoissé, mais bien déterminé à faire les choses au mieux. Il fit très attention de bien respecter toutes les consignes. Il regarda bien l'horloge et arrêta exactement au bout du temps prescrit. Le résultat fut un lamentable échec. Sa femme était très frustrée. Lui aussi. Il ne comprenait pas pourquoi ça s'était aussi mal passé. Il avait fait scrupuleusement tout ce qu'on lui avait dit de faire. Sa femme essaya de le consoler, lui dit qu'elle l'aimait, qu'ils apprendraient ensemble, que les choses s'arrangeraient avec le temps. Mais la fois suivante, le jeune homme se dit qu'il ne supporterait pas de la voir à nouveau aussi déçue, et il décida d'essayer le vibromasseur, juste pour cette fois. Hélas! Personne ne lui avait jamais parlé du risque de confusion pénis-vibromasseur...
Lire la suite...

Posté par labeille à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mars 2014

Une position naturelle pour allaiter


Suzanne Colson a plus de 35 ans d'expérience dans le soutien aux mères allaitantes, elle est l'un des membres fondateurs de La Leche League France. Elle a travaillé en tant que consultante en lactation avec le Dr Michel Odent, à la Maternité de Pithiviers (France). Auteur de nombreux articles, de deux DVD, et d'un livre pour les professionnels de santé sur le «  biological nurturing » Suzanne Colson est régulièrement invitée à présenter ses travaux de recherche aux quatre coins du monde.

 

Suzanne Colson montre, par des exemples vidéos filmés lors d’une étude scientifique qu’elle a menée ces dernières années dans une maternité anglaise, une position d’allaitement de nouveaux-nés assez originale parmi les recommandations usuelles. Dans cette position, la mère est allongée ou quasi allongée, son bébé contre elle dans un alignement similaire au sien qui fait que non seulement les ventres sont en contact, mais ses deux jambes aussi tandis que la plante des pieds du nouveau-né prend appuit sur le ventre (ou les cuisses) de la maman. Le bébé, peut ainsi se positionner en soulevant par petits coups sa tête, et saisir le sein.

http://a2.idata.over-blog.com/300x252/1/70/50/93/suite/biological-nurturing.jpg

 

Elle nomme pour sa part cette position, la position d’allaitement biologique ( biological nurturing ). Elle a donné plusieurs raisons à cette appellation: c’est une position très analogue à celle de certains bébés mammifères, et ses observations des mères qui pratiquaient naturellement cette position ont mis en évidence une manière assez particulière de manipuler leur bébé, tout à fait consistante avec les réflexes testés sur les nouveaux-nés en pédiatrie.
Au contraire de cela, prenez une jeune maman qui ne se sent pas très adroite avec son bébé tout neuf, qui se tient justement très droite sur sa chaise, le nourrisson ventre à ventre mais perpendiculaire, les pieds plus ou moins dans le flou.. le petit tente ses mouvements de tête mais on dirait plus qu’il n’arrive pas à s’accrocher au mamelon, qu’il glisse, voire qu’il rejette le sein, et plus le maintient dans le dos est ferme, plus il s’énerve (ce qui est d’ailleurs une réponse parfaitement normale!).. c’est dur à vivre !

Bien sûr beaucoup de bébés s’accomoderont de la position adoptée par leur maman, mais dans certains cas, je pense que cette découverte de Suzanne Colson pourra vraiment être d’une grande aide.

 

Allaitement maternel : des comportements innés ou une compétence à acquérir ??????

Traditionnellement, trois réflexes néonatals innés sont identifiés comme des réflexes d’allaitement : le fouissement, la succion et la déglutition. Néanmoins, les cliniciens suggèrent souvent que certains bébés ont besoin d’apprendre à s’accrocher au sein et à sucer. De même, le rôle de la sage-femme ou de la consultante en lactation est de montrer à toutes les mères comment mettre le bébé au sein en suivant des techniques prédéterminées de positionnement et d’attachement.   En effet Il est généralement admis que les femmes acquièrent la capacité d’allaiter en imitant les gestes d’autres femmes, les mères «modernes», vivant dans une culture  du biberon, n’ont jamais vu d'autres femmes allaiter et ont besoin d’un apprentissage.

 

position BN

Posté par labeille à 17:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 février 2014

Allaitement, sevrage etc... quelles raisons ?

Voici quelques études sociologiques faites sur l'allaitement :
www.info-allaitement.org

Vous pourrez y trouver des tableaux et explications sur :

- les raisons données par les mères pour ne pas allaiter
- les raisons données par les mères pour allaiter
- les facteurs liés à la durée de l'allaitement
- les raisons du sevrage
- le soutien attendu
etc...

 

Raisons du sevrage par âge

Il est triste de constater sur ce tableau que les principales causes de l'arrête de l'allaitement les premiers mois ne sont pas des décisions personnelles. J'entend ici, un choix muri, réfléchi, fait en conscience.

Prenons le premier mois. On voit les difficultés, et un "manque de lait". En effet, le premier mois est un moment assez éprouvant pour certaines mamans, on est fatiguée, parfois la succion n'est pas correcte. On a alors des douleurs. Parfois, bébé peine à prendre du poids, parfois, on a l'impression qu'il a toujours faim. La fatigue et le stres sont nos ennemis car nous perdons courage en nous, en la vie.

Dans de nombreux, vraiment nombreux cas, il s'agit soit simplement d'une anxiété ou d'une mauvaise succion du bébé.
Il existe des solutions !!
Appelez nous !
Nous vous soutiendrons, nous essairons de comprendre ensemble. En cas de difficulté, une consultante en lactation cerifiée prendra le relais par le biais d'une consultation.

Posté par labeille à 23:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 septembre 2013

Grande tétée 2013 à Cahors

69203249_p

 Photo de la grande tétée 2011

La 8ème édition de la Grande Tétée se déroulera en préambule de la Semaine Mondiale de l’Allaitement Maternel le Dimanche 13 octobre 2013 à 11h00.

Evènement visant à valoriser la pratique de l’allaitement maternel, la Grande Tétée  a pour principe de réunir des milliers de femmes françaises  qui nourriront leur bébé au même moment, un peu partout en France, moment immortalisé par un e photo clin d’oeil.

La Grande Tétée s’est aussi une rencontre entre les futurs parents, les parents et les différents acteurs de l’allaitement maternel, rencontre qui permet à ce que des questions trouvent leurs réponses adéquates , mais aussi une écoute bienveillante,une information éclairée, un échange convivial.

C’est aussi un moment où localement et nationalement, nous pouvons communiquer sans polémiquer autour de l’allaitement maternel et de sa pratique en France. Ce qui importe c’est de démontrer que l’allaitement peut être fait en public sans aucune gêne et qu’il n’est pas obligatoire de rester confiné chez soi pour bien allaiter.

 

Buts de la GTT

Nos objectifs principaux sont de valoriser l’allaitement maternel dans notre mode de vie moderne et de soutenir les femmes, les mères , les parents ayant choisi d’allaiter leur enfant :

- Par une meilleure image des femmes qui désirent allaiter, par une image actuelle des mères allaitent;
- Par une information objective sur les bienfaits et les réalités de l’allaitement maternel;
- Par l’organisation d’une rencontre annuelle La Grande Tétée qui permet aux parents de se sentir moins isolés, de pouvoir partager et de sentir plus encouragés;
- Par une mise en relation des parents avec des associations de soutien à l’allaitment maternel, des professionnels de santés et de petite enfance.

Et ce dans le respect de chaque histoire, de chaque projet d’allaitement maternel ainsi que du choix des parents quant au mode d’alimentation de leur enfant.

 

970100_526415840756403_539105327_a

http://www.grandetetee.com/

Posté par labeille à 10:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]